investissement-colocation

Comment et pourquoi réaliser un investissement locatif en colocation ?

Un investissement locatif en colocation vous procure des profits considérables si vous actionnez les bons leviers. Dans ce type de location immobilière, vous devez effectivement prendre en compte toutes les informations essentielles en vue de créer une rente financière optimale pour garantir un bon retour sur investissement. Nous avons établi pour vous un guide pratique complet pour tirer le meilleur parti de votre placement locatif.

Conférence : Remplacer Son Salaire Avec l’Immobilier ▶︎▶︎

Comment investir en colocation ?

La définition de la colocation émane des dispositions de la loi Alur de 2014. Elle permet à deux ou plusieurs personnes de louer un seul bien immobilier en partageant le statut de colocataires. Le logement loué correspond ainsi à la résidence principale des colocataires. L’investisseur est libre de fixer la nature de la location (meublée ou vide) ainsi que le type de bail (indépendant ou solidaire).

Les avantages d’investir dans une colocation

Le placement locatif en colocation procure 3 principaux avantages. Cette stratégie d’investissement immobilier vous permet effectivement de bénéficier de :

  • Un rendement plus important
  • Une réduction significative des risques de vacances locatives
  • Une diminution du risque de non-paiement

1.   Bénéficiez d’un rendement important

Grâce à votre investissement locatif en colocation, vous pouvez générer une rente financière majorée puisque le prix du m2 se voit diminué. En effet, le placement en colocation vous donne la possibilité de bénéficier d’une surcote de 20 % sur le prix du m2 en location classique. C’est la meilleure alternative à une location de studio où le prix de m2 demeure plus élevé.

Lire aussi : Les avantages de la location meublée

2.   Qui paye le loyer dans une colocation ?

Dans une colocation, le système de la quote-part est appliqué. De ce fait, le paiement du loyer revient à l’ensemble des colocataires. Toutefois, sachez que le paiement du prix de location va dépendre principalement du type bail signé que nous verrons un peu plus bas.

3.   Risque de loyer impayé nul

Dans une colocation, le risque de non-paiement du loyer est quasiment nul. Bien que les dispositions françaises sur la colocation favorisent la protection des locataires, vous pouvez assurer la perception des loyers en proposant un bail solidaire. Cette initiative vous permet de percevoir un revenu locatif sur l’ensemble des colocataires, ce qui élimine les risques de non-paiement.

À qui s’adresse la colocation ?

En général, les étudiants sont les premiers concernés dans la colocation d’un logement. Mais depuis quelque temps, afin d’améliorer leurs conditions de vie, les gens s’orientent vers ce type de location plutôt qu’un studio ou un appartement. D’où l’importance d’étudier votre cible pour obtenir un bon retour sur investissement. Cette stratégie repose sur 2 principaux facteurs.

1.   La colocation, un phénomène en plein essor ouvert à un large public

Sachez que le marché immobilier reste en perpétuelle évolution ce qui explique l’augmentation fréquente des prix de location afin de répondre au besoin d’un public plus large. La colocation est de plus en plus prisée vu la hausse des loyers d’un studio ainsi que l’évolution des structures familiales et des mœurs. Outre les étudiants, la colocation intéresse également les familles monoparentales et les personnes âgées.

2.   Le choix des locataires

Avant de réaliser la mise en location de votre bien immobilier, nous vous recommandons d’étudier votre persona ou client cible. Il est évident de regrouper vos cibles dans une catégorie similaire. En effet, un contraste d’âge ou de génération augmente les risques de tensions entre les colocataires. Sachez que les mésententes favorisent les vacances locatives.

Quel bail choisir ?

En tant qu’investisseur locatif en colocation, vous avez la possibilité d’opter pour un des deux types de contrats de bail suivants :

  • Le bail indépendant destiné à chaque locataire
  • Le bail solidaire qui représente l’ensemble des colocataires

1.   Le bail indépendant

En faisant signer un bail unique, vous pouvez adapter les conditions du contrat de chaque locataire. Cette approche vous permet d’améliorer vos recettes locatives. Cependant, vous devez considérer le risque de loyer impayé. Lorsque vous appliquez des prix de location variés entre les colocataires, assurez-vous de maintenir un écart optimal.

2.   Le bail solidaire

Le bail solidaire vous protège du non-paiement du loyer. En effet, si un colocataire s’abstient de payer son dû, vous pouvez vous reposer sur la solidarité du bail pour recouvrir le montant total du loyer. Au cas où un locataire résilie le contrat de bail solidaire, vous pouvez bénéficier de la solidarité des recouvrements sur une durée de 6 mois.

Conférence : Remplacer Son Salaire Avec l’Immobilier ▶︎▶︎

Louer un bien en meublé ou en nu ?

Les régimes fiscaux et juridiques qui régissent votre placement locatif en colocation dépendent de la nature du bail (location en nue ou meublée). Si vous souhaitez louer le bien aux jeunes étudiants, vous avez également la possibilité d’opter pour un bail mobilité. Les différences de régime pour chaque contrat repose sur :

  • La durée minimum du bail
  • L’existence d’un dépôt de garantie
  • La durée du préavis du bailleur et celui du locataire

1.   Le régime LMNP

Investir en colocation sous le régime LMNP vous permet de tirer profit des avantages fiscaux comme l’amortissement. Pour ce faire, vous devez opter pour un régime fiscal réel. En cas de revente du bien, vous serez soumis à l’impôt sur la plus-value, un abattement forfaitaire de 19 % et les prélèvements sociaux.

Caractéristiques d’un logement en colocation

Pour un placement immobilier optimal en colocation, vous devez considérer :

1.   Le type de logement

Le logement mis en colocation doit répondre aux conditions d’habitabilité. Cela implique la présence d’un espace privatif vivable (chambre, bureau, etc.) et d’un espace commun de taille acceptable avec une cuisine et un séjour.

2.   Le mobilier à prévoir

Vous devez également prévoir le mobilier essentiel à chaque pièce de vie du logement. Au titre de propriétaire bailleur, vous devez proposer des équipements d’entretien, de cuisine et salle à manger, de chambre et d’éclairage.

FAQ : Comment et pourquoi réaliser un investissement locatif en colocation ?

Quelle surface pour une colocation ?

Pour une colocation de 2 personnes, la surface habitable est de 16 m2 au minimum. Ensuite, vous pouvez ajouter 9 m2 d’espace habitable pour chaque locataire supplémentaire.

Comment calculer le prix du loyer d’une colocation ?

Pour un bail unique, vous devez établir une clé de répartition pour calculer le prix du loyer. Ce dernier indique les charges, la part de loyer de chaque locataire en fonction de la taille des pièces et leur dépôt de garantie. Pour un bail solidaire, vous pouvez partager le loyer par le biais du système de quote-part.

Conférence : Remplacer Son Salaire Avec l’Immobilier ▶︎▶︎

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.